Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Ednancyview

Comment se porte le milieu des affaires en Afrique et dans le monde ?

23 Octobre 2012, 20:57pm

Publié par Ednancy


La Banque Mondiale (BM) et la Société Financière Internationale (SFI) viennent de publier la dixième édition de leur rapport annuel sur la réglementation des affaires dans les économies mondiales appelé : Doing Business. Lancé en 2002, Doing Business se charge d’analyser les PME (petites et moyennes entreprises) d’un pays en mesurant la réglementation qui s’applique à celles-ci tout au long de leur cycle de vie. Son but étant d’encourager la concurrence entre les économies pour la mise en place d’une réglementation des affaires efficace. Le premier rapport Doing Business a été publié en 2003 et permettait de classer 133 pays du monde. Aujourd’hui, le rapport Doing Business 2013 couvre dix (10) ensembles d’indicateurs et porte sur 185 pays du monde. Les dix (10) indicateurs du Doing Business sont : La création d’entreprise ; L’octroi de permis de conduire ; Le raccordement à l’électricité; Transfert de propriété ; Obtention de prêt ; Protection des investisseurs ; Payements des impôts ; Commerce transfrontalier ; Exécution des contrats ;  Règlement de l’insolvabilité.

L’examen du rapport Doing Business 2013 intitulé « Des réglementations intelligentes pour les petites et moyennes entreprises » montre que 108 pays du monde ont entrepris soit en total 201 reformes réglementaires permettant aux entrepreneurs locaux de faire des affaires dans un climat sain. En tête du classement mondial sur la facilité des affaires, on retrouve Singapour qui, se retrouve pour la 7ième année consécutive en haut de la liste. En effet, Ceci n’est pas un miracle. Forte de ses 5 millions d’habitants, Singapour est la quatrième ville la plus compétitive du monde selon l’édition 2012 du «World Competitiveness Yearbook » de l’école suisse de management IMD. En plus d’être la ville d’Asie avec une meilleure qualité de vie, Singapour est l’Etat d’Asie qui a conclu le plus grand nombre d’accords de libre-échange avec ses voisins. Singapour, 1er du classement du Doing Business n’est donc pas fortuit. Dans le top 10 du classement, on retrouve Hong Kong Chine en deuxième position suivi de la Nouvelle-Zélande, des USA, du Danemark, de la Norvège, du Royaume-Uni, République du Corée, la Géorgie et enfin l’Australie.  

Pour l’Afrique, le bilan est assez positif. Selon le rapport 2013 du Doing Business, les économies africaines continuent d’améliorer leurs réglementations des affaires depuis 2005. Parmi les 50 pays analysés en Afrique, 17 sont de l’Afrique Subsaharienne. En effet, les pays de l’Afrique Subsaharienne continuent d’entreprendre des reformes efficaces pour les affaires. Le Rwanda par exemple, avec 26 reformes réglementaires enregistrées depuis 2005, s’est constamment amélioré selon le rapport. Malgré ces progrès notables pour faciliter le milieu des affaires en Afrique Subsaharienne, il reste beaucoup à faire pour permettre aux pays de bâtir un secteur privé sain et compétitif. On constate sur les 185 pays classés dans le monde, que seulement deux pays d’Afrique Subsaharienne occupent le top 40 du classement. Il s’agit de l’île Maurice et de l’Afrique du Sud classés respectivement 19ième et 39ième sur 185. La Guinée par exemple est classée 178ième sur 185 pays. Félicitée par la Banque Mondiale, la Guinée a entrepris 3 réformes importantes favorables à l’amélioration de son climat d’affaires. Ces reformes sont entre autres : l’accès à l’électricité, la création du guichet unique pour la création d’entreprise ainsi que les permis de construire. Ces reformes ont permis à la Guinée de gagner des points par rapport aux années précédentes.


En Afrique du Nord, force est de constater que depuis le début du printemps arabe en 2011, l’environnement des affaires semble perturbé. De juin 2011 à juin 2012, seules 47% des économies ont entreprises des reformes réglementaires efficaces.  En effet, seule la Tunisie a pu se glisser dans le top 50 du classement et cela à la 50ième place. Ce classement démontre que le milieu des affaires est encore délicat en Afrique du Nord, le rapport note une certaine difficulté à faire des affaires dans cette région, cette situation est due notamment à la faible protection des droits de propriété et des investissements. Le rapport conclut que les gouvernements africains devraient évoluer vers un système de règles plus transparentes et plus pertinentes (des règles mieux à même de répondre aux besoins du milieu d’affaires). Ce système de règles contribuera poursuit le rapport à l’instauration des conditions indispensables à une croissance économique plus équitable et à un rythme plus rapide de création d’emplois.

Classement (sur 185 pays étudiés) des pays d’Afrique en fonction de la facilité de faire des affaires en tenant compte des 10 critères du Doing Business cités ci-haut :
Rwanda 52ième ; Ghana 64ième ; Maroc 97ième ; Nigéria 131ième ; Mali 151ième ; Algérie 152ième ; Burkina Faso 153ième ; Togo 156ième ; Burundi 159ième ; Cameroun 161ième ; Sénégal 166ième ; Gabon 170ième ; Bénin 175ième ; Niger 176ième ; Cote d’ivoire 177ième ; Congo RDC 181ième ; République Centrafricaine 185ième .

Source : Banque Mondiale.

Commenter cet article