Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Ednancyview

La Banque Africaine de Développement (BAD) en consultation à Nice : Résumé

20 Octobre 2012, 16:29pm

Publié par Ednancy


   Vendredi 19 octobre à l’Institut Supérieur d’Economie et de Management de Nice (ISEM), a eu lieu une concertation de la BAD avec les étudiants africains de Nice. La BAD a choisi Nice pour soumettre aux étudiants africains, sa stratégie de Développement du Capital Humain (2013-2017) et pour surtout recueillir des propositions concrètes de projets ou des suggestions des étudiants pour la dite stratégie. La délégation badoise était composée de trois personnes : Agnès SOUCAT, Directrice du Département de Développement Humain de la BAD, Michel CORBIN GUERDEGBE, Spécialiste sen chef du secteur Education et de Nawsheen ELAHEEBOCUS, Responsable de la stratégie de développement humain de la BAD. En effet, la Banque Africaine de Développement n’est autre qu’une institution internationalement reconnue qui effectue depuis 1964, un travail de développement sur le continent africain. Son siège se trouvant à Tunis dans la capitale Tunisienne.

Mais parmi tout ce qui a été dit ce jour là, nous pouvons retenir ceci : « L’Afrique est un continent à la traîne ; L’Afrique n’atteindra pas les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) car c’est dans les grands pays comme le RDC, le Maroc, le Nigéria et l’Afrique du Sud que les résultats sont plus médiocres. Les OMD sont donc une priorité africaine. Cependant, l’Afrique se métamorphose sous d’autres points : Croissance démographique forte (forte proportion de jeunes en Afrique), croissance économique rapide mais inégalitaire, la révolution technologique est en marche (nombreux abonnés téléphoniques). Hélas !! 60% de chômage des jeunes, de nombreux jeunes sont sous-employés car travaillent dans le secteur agricole et informel ; les changements climatiques menacent le continent dans la lutte contre la pauvreté… »

Signalons que la vision de la BAD pour le développement du capital humain est donc de créer des emplois, de garantir l’égalité des chances et d’exploiter le potentiel d’un milliard d’habitants pour promouvoir une croissance inclusive (croissance créatrice d’emplois et favorables aux pauvres). Après la présentation de la nouvelle stratégie de la BAD, c’était au tour des étudiants de prendre la parole et de faire part de leurs commentaires et suggestions. Voici un recueil des questions les plus applaudis par la salle: Une camerounaise, diplômée de Master 2 banque-Finance et en première année de Doctorat pose la question qui fait jaser le public et la délégation. 

« Mesdames, Messieurs, dans votre discours sur votre stratégie, vous avez mis en avant l’importance du capital humain pour le développement de l’Afrique, donc l’importance des jeunes diplômés qualifiés et compétents pour la croissance en Afrique. Mais comment se fait-il que ces mêmes jeunes dont vous parler se retrouvent à errer dans un pays étranger après l’obtention de leurs diplômes, à travailler dans des Mc do alors qu’ils ont des potentiels à exploiter. Ma question est : que faites-vous pour ces jeunes ? Pourquoi n’allez-vous pas à la recherche de ces jeunes ? Et ne me dites pas que c’est à ces jeunes de venir vers vous car moi, personnellement cela fait un temps considérable que je vous envoie des demandes de stages à ne pas en finir sans obtenir de réponses même défavorables. Je me dis donc que votre stratégie est un peu tirée par les cheveux car l’Afrique a déjà du capital humain mais ce capital humain est en errance dans la nature ». 

C’est au tour d’un Sénégalais, diplômé de Master 2 en Macroéconomie  de poser sa question: « Pour moi, le complexe de l’Afrique, c’est de rattraper l’Occident. Accéder aux nouvelles technologies pour l’Afrique n’est pas primordiale, l’Afrique a besoin de vaincre tout d’abord la pauvreté et cela passe par l’alimentation qui ne peut se concrétiser que par l’agriculture. Rappelons que l’Afrique est la mère nourricière du monde entier dit-il, mais pourtant, elle se meurt. Mesdames, Messieurs, votre stratégie est bien belle mais selon moi, on ne peut pas étudier donc acquérir des connaissances si on n’a rien dans le ventre pour nous concentrer. Il faudrait donc commencer à la base, exploiter nos terres riches et fertiles pour l’agriculture avant de nous parler d’éducation ou de capital humain… »

Après l'interrogatoire un peu musclée de la BAD par les étudiants, la consultation s’est terminée de manière informelle autour d’un bon cocktail dînatoire. Chaque étudiant cherchant à approcher la délégation pour les soutirer des cartes de visite ou des réponses aux questions personnelles. Disons qu’à la fin, la hache de guerre était enterrée pour un bon moment avant la prochaine consultation. Et oui, il y en aura d’autre surement pour le plus grand plaisir des étudiants qui ont trouvé en la BAD des Boucs-émissaires assez sympatoches.

Signalons que la Stratégie de Développement du Capital Humain de la BAD est un excellent projet pour les jeunes africains si jamais elle venait à porter des fruits. Un investissement en capital humain étant un investissement en éducation, cette stratégie permettrait de rendre l’offre de travail très qualifiée en harmonie avec la demande de travail afin de faire face aux problèmes de chômage en Afrique. 

La stratégie est disponible sur le lien suivant :


Commenter cet article