Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Ednancyview

Les sœurs Williams combattent-elles les inégalités de Genre?

4 Novembre 2012, 19:54pm


La visite des sœurs Williams (Venus et Serena) joueuses internationales de Tennis, en Afrique depuis ce mercredi 31 octobre relancent le débat sur les inégalités de genre. Les deux sœurs ont pour objectif par cette visite au Nigéria et en Afrique du Sud de promouvoir les droits des femmes souvent bafoués en Afrique. Elles espèrent par cette visite, influencer des millions de femmes africaines à se battre pour atteindre l’excellence dans le sport. Cette tournée des sœurs Williams relancent le débat sur le problème de genre. En effet, le Nigéria, pays le plus peuplé d’Afrique avec plus de 80 millions de femmes est l’un des pays où les inégalités Hommes –Femmes sont les plus fortes au monde. Le Nigéria est d’ailleurs classé 118ième sur 134  pays référencés dans l’indice d’inégalités entre Hommes et Femmes selon une étude britannique publiée en Mai.

L’inégalité de genre ou inégalité hommes-femmes n’est cependant pas un mythe mais une réalité incontestable. Bien qu’ils partagent le même espace vital, hommes et femmes vivent dans des mondes opposés. La relation entre les deux sexes se caractérise souvent par une sorte d’invisibilité des femmes dans les rapports sociaux. Au début, ces inégalités prenaient la forme de rapport de genre : ce sont les hommes qui prennent les décisions au sein du ménage, le rôle de la femme étant restreinte au seul fait d’être mère au foyer, garde-enfants…Ensuite, ces inégalités ont induit des discriminations : l’inégalité de traitement en matière d’emploi ou en matière salariale. Ces inégalités sont omniprésentes, on peut les observer dans les pays développés ou industrialisés tout comme dans les pays en voie de développement. Mais signalons que l’impact varie cependant d’un pays à un autre. Aux USA, par exemple, les femmes sont confrontées au problème d’inégalités de genre dans l’emploi, et font face au concept de Glass Ceiling (voir article sur la place des femmes dans le Business).

En Afrique Subsaharienne et en Asie par contre, les femmes et les filles font face à plusieurs sortes d’inégalités qui entravent leur épanouissement personnel et dont les effets pervers se répercutent sur l’ensemble de la société. Malgré les progrès réalisés dans le cadre des OMD (Objectifs du millénaire pour le développement), l’Afrique Subsaharienne a encore du progrès à faire dans la réduction des inégalités de genre. En effet, selon le PNUD, 6 sur 10 des personnes les plus pauvres du monde et deux-tiers des personnes analphabètes sont des femmes et des filles, seulement 18% des parlementaires du monde sont des femmes et un-tiers de toutes ces femmes sont sujettes à la violence, que se soit en temps de guerre ou dans leur foyer. Et c’est souvent l’Afrique Subsaharienne qui est pointée du doigt par la communauté internationale.

Pour ma part, la société, elle seule peut mettre fin aux problèmes d’inégalités de genre. En effet, les mentalités devraient aussi changer. En plus des programmes de lutte contre les inégalités, il faut qu’on arrive à se mettre en tête que l’avenir d’une nation qui se veut prospère économiquement ou socialement dépend du respect des droits de la femme. Et ce droit de la femme passe par l’accès à l’éducation primaire, secondaire et voire même supérieure, l’accès aux services essentiels de santé, l’accès aux prises de décision dans son foyer etc. Ceci est vrai non seulement pour les pays en développement mais aussi pour les pays riches. D’ailleurs, à cet propos, on se rappelle encore, les déclarations de l’ex Président français Jacques Chirac en 1978 : « Pour moi, la femme idéale, c’est la femme corrézienne de l’ancien temps : dure à la peine, qui sert des hommes à table, ne s’assied jamais avec eux et ne parle pas ».  Doit-on en rire ou pleurer?

Trêve de plaisanterie, rappelons que les sœurs Williams continuent toujours leur tournée après le Nigéria, elles sont à présent en Afrique du Sud. Espérons qu’elles arriveront à influencer beaucoup de jeunes africaines douées de se lancer à la poursuite de leurs rêves sans tenir compte des préjugés de la société.

Classement en 2011 de certains pays d’Afrique sur 187 pays suivant l’Indice d’Inégalité de Genre du PNUD : Tunisie (45ième), Algérie (71ième), Rwanda (82ième), Maroc (104ième), Sénégal (114ième) ; Burkina Faso (121ième), Togo (124ième), Bénin (133ième), Cameroun (134ième), Cote d’Ivoire (136ième), Congo (142ième), Mali (143ième).


Commenter cet article