Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Ednancyview

Et si le prix Nobel d’Economie revenait contre toute attente à un africain

11 Octobre 2013, 13:59pm

Publié par Ednancy

Et si le prix Nobel d’Economie revenait contre toute attente à un africain

La saison des prix Nobels a débuté. Comme tous les ans, un prix en la mémoire du suédois, Alfred Nobel est décerné à des personnes ou des organisations qui ont marqué les esprits par leurs travaux ou par leurs engagements. Déjà 5 prix ont été attribués cette semaine : médecine, physique, chimie, littérature et paix. Pour compléter le palmarès des lauréats 2013, il manque une pièce au puzzle : le Nobel d’Economie. Mais à qui reviendra ce prix tant attendu ? Réponse le 14 octobre prochain. Pour l'instant, les pronostics vont bon train. En revanche, toutes les spéculations s’accordent sur une chose : le lauréat de sciences économiques ne sera ni un Africain ni une Femme (le contraire m’aurait étonnée). Et oui, les africains sont considérés comme des Outsiders dans ce domaine.

Sachez-le, depuis 1969, date à laquelle les premiers prix ont été attribués, 71 Nobels ont été attribué à des économistes de partout dans le monde entier. Sur les 71 lauréats, 48 étaient américains (citons entre autres, Stiglitz, Akerlof, Krugman), 2 français (Maurice Allais, Gerald Debreu), 1 indien (Armatya Sen)…La remarque est troublante : 79% des lauréats d’économie viennent des Etats-Unis et la plupart de l’université de Chicago. Une seule femme a réussi à s’incruster brillamment dans ce cercle masculin, il s’agit de l’américaine Elinor Ostrom. En 2009, elle crée la surprise en recevant au coté l’autre américain Oliver Williamson, le prix Nobel d’économie.

La logique voudrait que le prix Nobel soit encore destiné à un américain. Les noms qui défilent ne disent pas le contraire : le harvardiste Robert Barro, fondateur de la nouvelle macroéconomie classique fait parti de la liste des éventuels économistes nobélisables cette année. Mais, les pronostics c’est bien, mais la réalité est tout autre. On l’a vu avec le prix Nobel de la paix quand, tout le monde s’accordait à le dire, devait revenir à la jeune Malala âgée de 16 ans. Hélas, l’OIAC (organisation pour l’interdiction des armes chimiques) sortie de nulle part, a ébranlé toutes nos théories en recevant le Nobel de la paix.

Alors, mes chers lecteurs, pourquoi un africain ne briserait-il pas les tabous, ne défierait-il pas les spéculations et les pronostics pour rentrer dans cette secte privée des récompensés en économie ? Vous me direz parce que tout simplement, jusqu’à ce jour on a jamais entendu qu’un africain ait innové en matière économique ? Vous me direz, on n’a fait que recopier? La question se pose : où sont les économistes africains ? L’Afrique regorge aussi d’économistes. Bien qu’ils n’aient pas encore élaboré une théorie capable de révolutionner la science économique, ils sont par-dessus tout sollicités pour leurs savoirs et savoir-faire.

Pourquoi ne mériteraient-ils pas le prix Nobel d’Economie ? Je cite bien sûr : le Rwandais Donald Kaberuka, actuel président de la Banque africaine de développement (BAD) est un économiste spécialiste de la Finance internationale, diplômé de l'université de Dar es Salaam en Tanzanie, et de l'université de Glasgow au Royaume-Uni. Le camerounais Célestin Monga, conseiller directeur à la Banque mondiale est un diplômé du Massachusetts Institute of Technology (MIT), de Harvard (États-Unis) et des universités de Bordeaux et Paris-I-Panthéon-Sorbonne en France. La zambienne Dambisa Moyo, docteur en sciences économique de l'Université d'Oxford, elle a également une maîtrise en administration publique (Master of Public Administration) de l'Université Harvard, un MBA en finances. La liste d’économistes africains n’est a priori pas exhaustive, mais elle peut faire aussi l’affaire. Certes, il n’existe pas de Think tanks d’économistes africains, cependant nos économistes même si, ils n’ont pas inventé la théorie qui pourrait sortir l’Afrique de la dépendance actuelle, contribuent tout de même de par leurs travaux à la prospérité économique de l’Afrique. 

Ces économistes africains citées et tant d’autres encore peuvent créer la surprise. Peut- être pas aujourd’hui. Mais je sais pertinemment que l’Afrique sera un jour récompensée pour les travaux de ses fils en Economie. Il s’agit peut être d’un rêve de ma part. Mais un rêve que je caresse depuis longtemps. J’en connais moi, beaucoup d’économistes qui sont encore sur les bancs du savoir qui, pourraient dans un avenir même lointain, révolutionner la pensée économique. Ils ont encore du pain sur la planche mais comme disait le philosophe italien Bruno Léoni : « L’économie n’est pas une science qu’on peut changer à sa guise ».

Rendez-vous bientôt pour le savoir. L’Outsider sera un Insider, j’y crois fortement !

En attendant, qui succédera cette année aux économistes américains, Roth et Shapley?

Commenter cet article