Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Ednancyview

Etudiants africains: Changez d'orientation!

18 Janvier 2013, 17:11pm

Publié par Ednancy

 

 

La plupart des jeunes africains après le baccalauréat se dirige délibérément vers l’Economie, le Droit ou la Gestion comme formation universitaire. Une question demeure : ces formations sont-elles en phase avec l’évolution du marché du travail en Afrique et même ailleurs ?

En effet, ce choix de formation résulte pour la grande majorité, des objectifs fixés en termes d’emploi. Les métiers d’économistes, de gestionnaires, de juristes étaient considérés à l’époque comme des métiers offrant de belles perspectives d’emploi. Cependant, les temps ont changé, la mondialisation jumelée avec l’avènement des technologies fait qu’une partie des métiers longtemps adulés à l’époque ne sont plus  desormais dans le panel des métiers d’avenir. De plus, face à la crise économique mondiale qui a implacablement mis le monde « sens dessous dessus », la foi et la confiance en l’économie et la Finance a vacillé même si, elle n’est point ébranlée.

A l’heure où l’Afrique connait une assez bonne croissance économique et ressent de près les bienfaits de la révolution de l’informatique et de la technologie, les habitudes devraient aussi évoluées pour accompagner ce changement. La formation d’économiste par exemple était l’une des plus prestigieuses dans les temps car il correspondait surtout à la situation de l’économie africaine qui avait du mal à décoller. L’Afrique cherchait donc à l’époque des jeunes économistes qualifiés pour sortir de cette trappe au sous-développement. C’est ainsi, que l’on a vu s’agrandir le nombre de jeunes africains qui s’orientait admirablement vers les sciences économiques avec comme motivation de participer au développement de Mère Afrique.

Certes, cela a fonctionné par le passé. Dorénavant, l’Afrique semble décoller de plus belle et s’envole vers de jours meilleurs. Dans cette phase de croissance, elle a besoin de nouvelles compétences pour l’accompagner dans son développement. La réalité est que l’Afrique manque de compétences techniques, d’ingénieurs et de techniciens qualifiés. En effet, les bonnes vieilles habitudes sont difficiles à changer, les jeunes africains continuent de s’enliser dans ces formations un peu vieillottes par rapport à la situation actuelle de l’économie africaine.

On continue toujours à constater la dominance des jeunes africains dans les classes  d’économie alors que les formations comme la technologie, l’informatique, les Mathématiques appliquées, l’électronique ou les télécommunications sont boycottées. L’exemple type se trouve dans les universités françaises : Dans une classe de la filière économie, de 30 étudiants, les ¾ sont étrangers africains. Vous me direz mais où sont nos amis les français. Si vous les cherchez, vous les trouverez dans les écoles de commerce ou dans les instituts privés pour ceux qui ont choisi de faire carrière dans l’économie ou la Finance. Dans le cas contraire, ils seront confortablement installés dans les classes d’informatique, d’électronique ou des métiers de l’environnement.

Pour finir, je dirais que la réalité de maintenant est tout autre que celle d’avant. Il faut vivement encourager les générations futures d'étudiants africains quelque soit le genre, à s’orienter vers les études d’ingénieurs, d’informaticiens, d’électroniciens. Elles sont sans conteste la clé d’un avenir professionnel certain en Afrique. Comme l'estimait la Banque Africaine de Développement dans un rapport sur la stratégie d'emploi des jeunes 2012, le développement des compétences techniques et professionnelles peut doter les jeunes de compétences plus pratiques, et leur donner de meilleures chances sur le marché du travail.

Commenter cet article