Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Ednancyview

Journée mondiale de lutte contre l'excision

6 Février 2013, 05:43am

Publié par Ednancy

Journée mondiale de lutte contre l'excision

 

Aujourd’hui 6 février, la communauté internationale célèbre la lutte contre les mutilations génitales féminines (MGF). Tous les ans, depuis 2003, il en est ainsi, l’occasion est opportun pour rappeler les dangers de telles pratiques sur les jeunes filles et femmes souvent sans éducation. 

Les mutilations génitales féminines concernent près de 140 millions de filles et de femmes dans le monde. En 2012, l’Afrique comptait 92 millions de jeunes filles de 10 ans et plus mutilées sexuellement (Organisation mondiale de la santé).

L’excision a des répercussions négatives sur la santé psychologique et physique des victimes. Une fois sujette à l’excision, les jeunes filles sont souvent exposées aux infections urinaires récurrentes, des complications durant l’accouchement (des déchirures, fistules), des rapports sexuels douloureux et des règles douloureuses persistances.

Malgré la volonté de l’ONU et des ONG pour éradiquer l’excision, les résultats restent mitigés et cette pratique demeure ancrée dans les traditions de certains pays surtout d’Afrique subsaharienne. On cite le cas du Mali, Sierra Léone, le Tchad ou de la Guinée, il se trouve que dans ces pays, l’excision n’a pas totalement été bannie. Au Mali par exemple, environ 80% des femmes sont excisées, on ne peut pas en dire autant de la Guinée où l’excision est encore d’actualité.

Parmi les pays qui peuvent se féliciter de combattre avec ardeur les mutilations génitales féminines, on cite bien sur la Côte d’Ivoire, le Benin ou le Sénégal où ces pratiques ont été officiellement interdites.

Dans la lutte contre l’excision en Afrique subsaharienne, l’action des ONG est à saluer. L’ONG plan présente dans certains pays comme le Mali ou la Guinée a fait de l’éradication de l’excision, une de ces priorités.  

Découvrez ce témoignage (en anglais) d’un papa guinéen contre l’excision de ses filles

Sekou Soya, papa de 9 filles, a refusé qu’elles subissent ces pratiques. Au début, les villageois l’ont rejeté lui et sa famille allant même jusqu’à lui interdire d’utiliser le puits communal… Aujourd’hui, les villageois sont conscients des dangers des mutilations génitales et des droits à l’intégrité des femmes, c’est désormais l’excision qu’ils rejettent.

Stop à l'excision.......

Vidéo Plan Guinée

Commenter cet article