Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Ednancyview

L’exploitation domestique en hausse dans le monde

10 Janvier 2013, 15:45pm

Publié par Ednancy

 

L’Organisation internationale du travail (OIT) a publié ce mercredi 9 janvier 2013, un rapport intitulé "les travailleurs domestiques dans le monde". Il s’agit en fait d’une première dans ce domaine et inhérente à l’adoption en juin 2011 d’une convention et d’une recommandation sur le « travail décent pour les travailleuses et les travailleurs domestiques ». A travers ce premier rapport, l’OIT cherche à montrer au monde entier, les dessous presque inhumains du travail domestique souvent négligés.

Mais qu’entend t- on travail domestique ?

On entend par travail domestique, par exemple, l’activité des personnes suivantes : nettoyeuse ou nettoyeur; femme ou homme de ménage, aide-ménagère, jardiniers, chauffeurs, concierges, ainsi que d’autres personnes exerçant une activité professionnelle dans la maison, dans l’appartement ou autour de la maison.

Le rapport montre…

En premier lieu, une hausse considérable du travail domestique dans le monde. En 2010, au minimum 52,6 millions de personnes s’adonnaient au travail domestique soit une augmentation de 60 % en 15 ans. Cependant, ces chiffres ne prennent pas en compte les mineurs de moins de quinze ans encore exploités dans de nombreux pays pour les tâches domestiques dont le nombre avait été estimé à 7,4 millions en 2008.

Si certains de ces emplois sont dévolus aux hommes employés comme jardiniers, chauffeurs, ils sont à 83 % occupés par des femmes. Dans certains régions du monde le travail domestique représente jusqu’à 16 % de l’emploi féminin (Amérique latine ou Caraïbes) voire 20 % (Moyen-Orient). C’est toutefois en Asie-Pacifique ainsi qu’en Amérique latine et Caraïbes que se concentrent respectivement 41 % et 37 % des domestiques de la planète.

Une situation alarmante...

L’intérêt de l’OIT pour le travail domestique réside dans le fait qu’une grande part de ces employés à domicile sont exclus des législations nationales sur le travail et n’ont aucune protection juridique, ce qui favorise leur vulnérabilité et leur exploitation sans limites. L’OIT souligne ainsi que plus de la moitié de ces travailleurs n’ont pas de limitation de leur durée hebdomadaire de travail et que 45 % d’entre eux environ n’ont aucun droit à une période de repos hebdomadaire.

Les femmes constituent plus de 80 % de ces travailleurs souvent éhontément exploités. Ces femmes sont employées pour prendre soin de personnes âgées ou handicapées ou s'occuper d'enfants. Elles sont "souvent exploitées au-delà de ce qui serait toléré pour les autres professions" a déclaré devant la presse mercredi Sandra Polaski, directrice générale adjointe de l'OIT. Elles font plus d'heures et souvent n'ont pas de jours de repos, a-t-elle ajouté. Plus d’un tiers des femmes n’ont pas de congé maternité.

"Il s'agit d'une estimation très prudente, leur nombre est certainement plus élevé", a-t-elle précisé, en présentant ce rapport basé sur des chiffres officiels disponibles dans 117 pays. Le travail domestique représente en moyenne 7,5% de l'emploi salarié des femmes dans le monde.

Ce qui rend encore plus alarmante cette situation, c’est l’obligation qu’ont les employés de résider au domicile de l’employeur. Situation qui est souvent de nature à aggraver la dépendance et l’exploitation des employés de maison, d’autant plus que logement et nourriture ne sont pas une manne tombée du ciel mais sont considérés comme des paiements en nature déduits des revenus mensuels des employés.

Nombre de ces travailleurs domestiques sont des immigrés, qui parlent mal la langue du pays où ils travaillent, ce qui les rend encore plus vulnérables aux abus, tels que des violences physiques et sexuelles. Ils sont aussi victimes de non-paiement de salaires, relève l'OIT.

Dans les pays développés…

Dans les pays développés, les domestiques représentent 0,8% de l'emploi total. En Europe, c'est en Espagne que les domestiques sont les plus nombreux, avec 4% de l'emploi total, suivie par le Portugal (3,4%), la France (2,3%) et l'Italie (1,8%). Le travail domestique est quasiment inexistant dans les pays nordiques (0,1%) et en Europe de l'Est. En Suisse, 69.000 personnes travaillent comme domestiques, dont 59.000 femmes, soit 1,5% de l'emploi total.

L’engagement de l’OIT…

L’OIT s’engage avec cette convention à prévoir une durée de travail raisonnable pour le travail domestique, un repos hebdomadaire d'au moins 24 heures consécutives, une limitation de paiements en nature, une information claire sur les conditions d'embauche et le respect des droits fondamentaux au travail.

Source: OIT

Commenter cet article