Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Ednancyview

Le mariage par enlèvement : oui ça existe !

8 Février 2013, 19:27pm

Cette affiche, d’une femme qui a été enlevée pour le marriage, porte du ruban adhésif sur sa bouche pour symboliser son incapacité à s’exprimer. L’affiche à été produite par l’ONU dans le cadre de la Campagne de 2011 pour les 16 jours d’activisme contre la violence sexiste au Kirghizistan. Crédit photo : Groupe thématique de l’ONU sur le genre – Kyrgyzstan/Baktybek Meimanbekov

Cette affiche, d’une femme qui a été enlevée pour le marriage, porte du ruban adhésif sur sa bouche pour symboliser son incapacité à s’exprimer. L’affiche à été produite par l’ONU dans le cadre de la Campagne de 2011 pour les 16 jours d’activisme contre la violence sexiste au Kirghizistan. Crédit photo : Groupe thématique de l’ONU sur le genre – Kyrgyzstan/Baktybek Meimanbekov

A l’instar du mariage précoce des jeunes filles, le mariage par enlèvement est aussi une forme de mariage forcée autant condamnable que la précédente. La pratique du mariage par enlèvement est surtout très répandue en Asie centrale (Kirghizistan) et un peu en Afrique (des tribus au Burkina Faso et Mali).

Au Kirghizistan par exemple, la pratique du mariage par enlèvement est très courante malgré l'illégalité de la chose, elle est considérée comme une tradition précieuse à entretenir. « Selon cette tradition, lorsqu’un kirghize (un habitant du Kirghizistan) veut se marier, il choisit une femme et organise son enlèvement ».

Témoignage de Kamilla

Kamilla, une kirghize faisant du bénévolat auprès de l’ONG centre d’appui aux femmes, est la sœur d’une victime de ce genre de mariage, elle a tenu à s’exprimer :

«Une femme doit être frappée par son mari tous les jours, » dit Kamilla, répétant les funestes paroles du mari de sa sœur défunte. En effet, sa sœur, Kulipa, avait 19 ans lorsqu’elle a été enlevée par la force pour devenir l’épouse de son kidnappeur. « Son mariage a été un véritable cauchemar » murmure Kamilla, tremblant encore de peur au souvenir des souffrances de sa sœur. « Ma sœur a subit toutes ces épreuves et, une fois qu’elle a enfin eu le courage de demander le divorce, elle a été tuée par son mari »

Oui, ce genre de pratique existe et ne fait que confirmer les inégalités qui existent à l’encontre des femmes partout dans le monde. Le mariage par enlèvement constitue une violation des droits des femmes, elles sont frappées, violées et humiliées de surcroît.

Chaque année, au Kirghizistan, au moins 11 800 femmes et filles sont victimes d’enlèvements forcés selon l’ONG Centre d’appui des femmes qui œuvre à l’élimination de la violence à l’égard des femmes.

Les sanctions encourues par les ravisseurs…

Il existe bel et bien des sanctions à l’égard des ravisseurs, jusqu’à décembre 2012, le droit pénal kirghiz ne prévoyait qu'une peine de trois à cinq ans de prison pour le vol de ces femmes. Cependant, cette loi n’a pas réussi à décourager  les adeptes de ce genre de pratique. Face à la persistance du vol de femmes, la sanction a été durcit et est passée à 10 ans d’emprisonnement.

Selon vous, cette peine maximale arrivera t-elle à influencer les ravisseurs afin qu’ils arrêtent ce genre de pratique à l’égard des femmes ?

Voir une vidéo très alarmante ici: 

http://www.vice.com/fr/vice-news/bride-kidnapping-in-kyrgyzstan-full-length

Lu sur ONU Femmes

Commenter cet article