Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Ednancyview

Maroc : le New York Times dénonce le racisme envers les noirs

3 Décembre 2012, 18:54pm

Publié par ednancy

Longtemps connu pour son accueil chaleureux et pour son hospitalité sans égal, le New York Times célèbre journal américain vient de semer le doute sur l’hospitalité du Maroc, en publiant le 29 novembre dernier, un article mettant en lumière les dessous presque inhumains de la vie des migrants clandestins africains au Maroc.

Cet article intitulé « Les migrants africains dénoncent des abus au Maroc », la voix est donnée à une douzaine de migrants subsahariens clandestins habitant dans un immeuble délabré et invivable de Takadoum à Rabat.

L’une de ces personnes originaires du Niger raconte comment elle a été arrêtée par la police qui lui a confisqué ses papiers d’identité. La même personne mentionne également que des marocains passants à côté de lui, bouchent leurs nez en le fixant des yeux.

Un camerounais, nommé Eric témoigne également de son calvaire. En voulant se rendre à Melilla afin de gagner l’Europe, il a été attaqué par les policiers marocains qui lui ont brisé la jambe alors qu’il se cachait dans une forêt en attente de passer la frontière. Des amis l’ont amené à l’hôpital, mais le personnel s’est abstenu de le soigner. Devant subir une opération de sa jambe, il n’avait pas les moyens de le faire. Ce handicap l’a empêché de quitter le Maroc. Il s’installe alors à Rabat, entre temps, il se fait attaquer par un gang qui lui vole son portable, environ 1000 dirhams, et reçoit en cadeau des coups de couteau au niveau de ses mains, bras et poitrine. Il vit désormais de mendicité.

« Nous rêvons tous de rentrer dans nos pays déclare une femme originaire du Niger qui a été violée par des policiers marocains ».

De son côté, Camille Denis, coordinatrice au Gadem, groupe antiraciste de défense et d’accompagnement des étrangers et des migrants pointe du doigt la manière dont la police marocaine arrête les migrants, les réfugiés ou les demandeurs d’asiles.

« Ces arrestations sont basées sur du profilage racial » estime t-elle. « Le temps qu’ils sont censés passer en détention préventive n’est jamais respecté. Les expulsions collectives interdites par les lois nationales et internationales sont monnaies courantes au Maroc » ajoute t-elle. Il y aurait pas plus de 15 000 Subsahariens clandestins. D’après ses estimations, le Maroc en expulse environ 14 000 par an rapporte Yabladi, un site marocain.

Pour Hein de Haas, co-directeur de l’institut international des migrations de l’université d’Oxford « Lorsqu’un pays peine à résoudre ses problèmes économiques, la faute est très vite transférée aux migrants » déclare t-il dans le New York Times.

Ainsi, la cause de ce racisme se trouverait dans les problèmes économiques du Maroc, les migrants et étrangers subsahariens deviennent alors des Bouc-émissaires.

 

Commenter cet article