Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Ednancyview

Getting equal: les femmes, l'entreprise et le droit

11 Septembre 2015, 13:14pm

Publié par Ednancy

Egalité de genre

Egalité de genre

Un nouveau rapport de la Banque mondiale sur « l’intégration économique des femmes» parut ce mercredi 9 septembre, souligne les discriminations qui persistent à l’encontre des femmes du monde. Dans cette énième étude sur les disparités de genre, 173 économies mondiales ont été analysé. Malgré l’évolution favorable à l’émancipation économique des femmes, cette dernière reste surtout ombragée par de nombreux « statuts d’infériorité des femmes sur le plan juridique » (BM).

Quelques chiffres du jour à retenir :

  • 41 pays du monde refusent que les femmes travaillent dans les usines; 
  • Dans 59 pays, il n’existe pas de lois contre le harcèlement sexuel en milieu professionnel ;
  • Dans 29 pays, il est formellement interdit aux femmes de travailler la nuit ;
  • Dans 18 pays, l’autorisation du mari est un préalable pour qu’elles puissent se permettre de trouver un emploi ;
  • Dans 30 pays, la législation est défavorable à la prise de décision des femmes car elle les contraint à obéir à leur époux ;
  • Dans 19 pays, les femmes mariées ne peuvent décider de leurs lieux de résidence, elles sont obligées de suivre leur mari ;
  • Dans 32 pays, elles ne peuvent se permettre d’acquérir un passeport sans l’aval du conjoint;

En revanche, citons une amélioration notable :

  • 127 pays ont adopté des législations permettant de protéger les femmes contre les violences conjugales ;

A méditer : « Lorsque les femmes peuvent exercer la profession de leur choix, lorsqu’elles ont accès aux services financiers et lorsque les lois les protègent contre les violences domestiques, elles acquièrent non seulement leur indépendance économique, mais elles vivent aussi plus longtemps. Plus elles ont leur mot à dire sur les revenus du ménage et participent à la vie économique, plus les filles sont scolarisées au niveau du secondaire et plus leurs enfants, leurs communautés et leurs pays en bénéficient. » Sri Mulyani Indrawati, directrice des opérations et directrice générale de la Banque mondiale.

 

Commenter cet article