Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Ednancyview

Etudiants étrangers, souriez, on prend vos empreintes…

26 Septembre 2013, 18:36pm

Publié par Ednancy

Etudiants étrangers, souriez, on prend vos empreintes…

Aujourd’hui, j’ai décidé de peindre littéralement la situation des jeunes étudiants étrangers en France. Par où commencer, si n’est que par le début. Tout étudiant étranger en France peut s’accorder avec moi pour dire qu’on a eu de la chance de venir étudier dans ce beau pays qu’est la France. Oui, de la chance puisqu’on a réussi là où tant d’autres n’ont pas pu.  Affaire de Visa ? Etant chez nous (dans notre pays), on démarche minutieusement pour obtenir ce visa. Le résultat est sans appel : soit tu l’as soit tu l’as pas. Heureux sommes quand on a ce visa étudiant pour la France ! Hélas, on n’imagine pas le cercle presqu’infernal dans lequel on pénètre, une fois arrivé dans l’hexagone.

La première année est dénuée de problèmes puisque chacun de nous, a au moins un compte bancaire où figure les quelques 6000 euros demandés par l’ambassade avant obtention du visa et, accumulés grâce la sueur de nos chers parents. Bref, quel qu’en soit, la première année en France pour beaucoup d’étudiants africains est certes la meilleure. Profitez bien ! Puisqu’après s’annoncent des pleurs et des grincements de dents. Et oui, mes chers amis, la fin de la saison estivale sonne le glass de la période des jours heureux. Ainsi, commence la période des soucis migraineux.

En France, à la fin de l’été et au tout début de la nouvelle année universitaire, nos maux de tête reviennent, je parle bien sur au nom des quelques étudiants étrangers africains. Puis qu’ainsi s’annonce les procédures de renouvellement du séjour étudiant.  La bureaucratie française étant lourde et même très lourde, imaginez les tas de paperasse qu’on doit entasser. C’est à ce moment qu’on comprend que nos pays respectifs nous manquent et que le pays des 300 fromages n’est pas si formidable que ça. Tiens ! cela me fait penser à une chanson de Stromae : Formidable, fooormidable, Tu (la France) étais formidable, j'étais fort minable (étudiant)…

Qu’est ce qui me fait écrire ce billet aujourd’hui ? Vous allez le comprendre.

Ce matin, j’ai rencontré une amie dans le bus qui m’avait l’air assez tourmentée. Après réticence, elle décide de me raconter son calvaire du jour. Voilà !

« Tu n’imagines pas la surprise qui m’est arrivée quand  je suis venue déposer ma demande de séjour français. Et en retard, s’il te plaît. Oui, je me suis présentée au renouvellement une semaine après l’expiration de mon séjour. En fait, je devais regrouper tous les documents demandés pour le dossier, surtout le justificatif de ressources (la préfecture demande environ 615 euros par moi dans le compte comme virement pour les trois mois précédant la demande de renouvellement). Et donc je me suis présentée à la préfecture, avec toute la paperasse. Le monsieur vérifie tout, et c’est parfait, il me dit. Mais, le fameux mais que j’attendais. En me levant ce matin, j’étais toute excitée à l’idée de me débarrasser de cette tâche annuelle pour me consacrer à ma rentrée, au fond de moi, je savais pertinemment qu’il y avait anguille sous roche. Chaque année, il y a anguille sous roche avec la bureaucratie française. Le monsieur me dit, les choses ont changé avant tu pouvais déposer même 2 mois après l’expiration de ton séjour, une nouvelle demande. Mais cette année, un jour après l’expiration, tu es soumis à une amende de 180 euros à payer sous forme de timbres à l’Etat en plus du montant que tu dois payer lors de la remise de ton séjour.

Elle me dit : « j’étais outrée, je ne savais quoi dire. J’ai demandé au monsieur pourquoi la préfecture n’informe pas les étudiants dans ce cas, pour qu’ils font tous pour venir dans les délais. Il ne rien ce monsieur, juste que ce n’est pas son travail».

Elle continue : « Il m’a donc remis mon attestation de dépôt de renouvellement en me disant de me présenter dans trois semaines à la préfecture pour récupérer mon récépissé et me faire prendre mes empreintes digitales. Et là, je ne sais pas comment mais j’explose de colère. Empreinte ? Dis-je c’est nouveau tout ça. Pourquoi ? Il me dit écouter, je vous ai tout dis c’est à vous de décider ».

Voilà sa mésaventure en quelques lignes. J’avoue que moi-même, je suis perplexe. Il y a encore du nouveau à la préfecture pour les étudiants étrangers. Tu payes une amende élevée si tu ne déposes pas ta demande à temps et ils enfoncent encore le clou, les empreintes. Déjà, à l’ambassade, pour ton visa, ils te prennent tes empreintes, si je me souviens bien et là encore, ils veulent tes empreintes. C’est assez bizarre tout ça quand même. Je me demande qu’est ce que l’Etat français nous concoctera l’année prochaine.

Bref, c’est flou tout ça. Et vous qu’en pensez-vous ?

 

 

Commenter cet article